Vous avez dit galop arrière ?

Il était une fois… Dans la cour pavée d’un hôtel particulier, au temps où l’on réglait ses comptes à cheval, deux écuyers se lancèrent le défi suivant :
– traverser cette cour au galop,
– en ligne droite,
– sans mettre pied à terre,
– en mettant le plus de temps possible… et donc en arrivant le dernier !

D’où l’idée de génie et la prouesse équestre :

L’un des écuyers eu l’idée de faire galoper son cheval à une allure tout à fait « innovante » : le galop arrière. Certains affirment même que s’écoulèrent plusieurs heures avant qu’il ne finisse de traverser la place. Au naturel, le cheval n’effectue pas cette allure plutôt considérée contre nature. C’est ainsi que l’on peut se demander si parfois le dressage du cheval ne va pas un peu contre sa nature libre.
L’homme parvient trop souvent à soumettre le cheval à des exercices qu’il peut réaliser (certes) mais qui ont pour objectif d’illustres ambitions, plus que la recherche du bien-être du cheval.
Un sujet qui fait débat. Voir le livre intentionnellement provocateur : Dressage moderne, un jeu de massacre de Gerd Heuschmann (Belin 2009).
Principe technique :
En galop arrière, on demande au cheval d’avancer au petit galop puis au galop rassemblé, au galop sur place et ensuite petit à petit, sans rompre l’allure, d’un galop sur place on passe au galop arrière.

Qu’en pensent nos hommes de chevaux contemporains ?

Jérôme Garcin  (Ecrivain cavalier) décrit cette figure incroyable comme « la plus mystérieuse, la plus difficile parce qu’elle renverse toutes les lois de la nature : galoper, c’est aller devant or là, galoper, c’est aller en arrière ».
Nuno Oliveira  (Maître Ecuyer portugais) « Quand le cheval exécute aisément le galop sur place, il est facile de lui faire exécuter le galop en arrière. Il se demande par un très léger effet d’assiette, par les jambes jamais par la main. Seul un cheval d’une excellent constitution, ayant un bon rein et de bons jarrets est apte à être dressé à cet air ».
Bartabas  (Maître incontestable d’un art équestre contemporain le Théâtre Zingaro), a fait le choix d’intituler l’un de ses films « Galop arrière » (2010), dans lequel il revient comme « en rembobinant » sur sa carrière, et sur l’aventure de toute sa vie d’homme-cheval créateur.
Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s